Publication

Melanocortin-1 receptor activation is neuroprotective in mouse models of neuroinflammatory disease

Pr Thomas LUGER

Science Mag

2016

Chez les sujets atteints de troubles neuro-inflammatoires progressifs associés à une inflammation, tels qu’une sclérose en plaques, des infiltrats inflammatoires contenant des lymphocytes T1 et T17 auxiliaires (Th1 et Th17) causent une démyélinisation et une dégénérescence neuronale. Les lymphocytes T régulateurs (Treg) contrôlent l’activation et l'infiltration des lymphocytes T autoréactifs dans le système nerveux central (SNC). Dans le cas de la sclérose en plaques et de l’encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE) chez les souris, le fonctionnement des Treg est altéré. Nous avons montré qu’un médicament récemment approuvé, l’hormone stimulant l’α-mélanocyte Nle4-D-Phe7 (NDP-MSH), induisait des Treg fonctionnels, améliorant la progression de l’EAE chez les souris. Le NDP-MSH a également prévenu l’infiltration de cellules immunitaires dans le SNC en restaurant l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique. Le NDP-MSH a exercé des effets neuroprotectifs durables chez les souris avec EAE, a prévenu la mort excitotoxique et a rétabli le potentiel d’action émergeant dans les neurones des souris et des humains in vitro. La neuroprotection du NDP-MSH a été régulée par une signalisation des récepteurs de la mélanocortine de type 1 et des récepteurs nucléaires orphelins 4 dans les neurones des souris et des humains. Le NDP-MSH pourrait permettre de traiter des maladies neuro-inflammatoires telles que la forme récurrente-rémittente de la sclérose en plaques et les troubles associés.