Retour au programme

Lecture

Intelligence artificielle en dermatologie

02 novembre 2018

 09h10 - 09h30

Résumé

Le Pr Sélim ARACTINGI, de Paris, nous a d’abord parlé des réseaux neuronaux convolutifs (CNN, Convolutional Neural Networks), qui correspondent à un système simplifié automatisé, basé sur une analyse par apprentissage, qui propose directement une hypothèse diagnostique, suite à une analyse basée à partir d’images étiquetées et de pixels bruts avec un réseau unique. Il a présenté plusieurs études dont l’une de Stanford et une autre de Heidelberg. Ces deux études concordantes montrent que la sensibilité et la spécificité de ces réseaux dans la distinction des mélanomes versus nevus peut être équivalente à celle des dermatologues. Ces méthodes pourraient donc permettre un diagnostic plus précoce, avec de meilleures sensibilité et spécificité, réduire les procédures inutiles, se traduire par de meilleurs résultats pour les patients et des coûts réduits pour le système de santé.
Par ailleurs, nous devons prendre en considération le fait qu’il n’évalue ni le cuir chevelu, ni les zones acrales, ni les muqueuses ; qu’il ne prend pas en compte la palpation et le schéma des vaisseaux sanguins (comprimés en dermoscopie) et que la question des lésions achromiques n’est pas encore traitée. Il existe encore des inconnues avant que cela ne s’applique en clinique.